Transparency International appelle les gouvernements à sévir contre la corruption transnationale

Issued by Transparency International Secretariat



Quatre pays seulement appliquent activement les règles en vigueur depuis 15 ans pour garantir un commerce international équitable

Bon nombre des principales économies mondiales ne prennent pas les mesures nécessaires pour empêcher leurs entreprises de propager la corruption à travers le monde. Tel est le cri d’alerte que lance aujourd’hui Transparency International, le mouvement de lutte contre la corruption, dans son rapport annuel sur l’application de la Convention de l’OCDE contre la corruption.

Quinze ans après l’entrée en vigueur de la Convention, seuls quatre des 41 pays signataires l’appliquent activement par le biais d’enquêtes et des poursuites à l’encontre des entreprises qui trompent les contribuables en versant des pots-de-vin à des fonctionnaires étrangers afin de remporter ou de faire gonfler des contrats, ou bien d’obtenir des permis et des concessions d’exploitation. Cinq pays se classent dans la catégorie « mise en œuvre modérée », tandis que la catégorie « mise en œuvre limitée » en comprend huit.

« Pour que la Convention modifie en profondeur la façon dont fonctionnent des entreprises, il faut que la majorité des principaux exportateurs la respecte activement. Ainsi, les autres pays seront incités à suivre leur exemple. Malheureusement, nous sommes encore loin du point de non-retour, et la perspective d’un commerce international exempt de corruption reste floue », constate José Ugaz, président de Transparency International.

Dans 22 des pays signataires de la Convention de l’OCDE, qui représentent 27 pour cent des exportations mondiales, les mesures coercitives mises en place sont faibles, voire inexistantes. Selon Transparency International, la Convention est peu appliquée, car les enquêteurs ne disposent pas du soutien politique nécessaire pour poursuivre les grandes entreprises, surtout lorsque l’intérêt économique national prend le pas sur l’engagement à lutter contre la corruption. Les enquêteurs manquent également souvent de ressources pour faire face à la complexité de la criminalité financière.

Les gouvernements doivent favoriser la divulgation de l’identité des propriétaires d’entreprises

D’après Transparency International, si la corruption transnationale se développe dans les transactions commerciales internationales malgré son illégalité, c’est notamment en raison du manque de ressources dont disposent les enquêteurs pour retrouver la trace de mouvements d’argent blanchi à l’aide de techniques complexes, de plus en plus utilisées pour masquer des actes de corruption.

De nos jours, les transactions frauduleuses sont de plus en plus souvent dissimulées derrière des sociétés-écrans complexes dont le propriétaire réel reste inconnu, même des autorités.

Selon Transparency International, l’OCDE doit aider les autorités à coopérer au-delà des frontières afin de s’adapter à la nature de plus en plus internationale de ces crimes. Le mouvement de lutte contre la corruption a également renouvelé sa demande à l’Union européenne et aux pays du G20 de faire en sorte que les bénéficiaires effectifs des entreprises figurent dans des registres publics.

« Quinze ans, cela aurait dû suffire pour mettre ces engagements en œuvre. L’OCDE a travaillé dur pour que la Convention soit un outil efficace, et elle a encouragé les gouvernements à adopter des lois sévères. Désormais, elle doit veiller à ce que les autorités responsables de l’application des lois bénéficient de tout le soutien nécessaire pour contrer la montée en puissance des réseaux criminels internationaux », a déclaré M. Ugaz.

Adoptée en 1997, la Convention de l’OCDE est entrée en vigueur le 15 février 1999.

Entre 2010 et 2013, les quatre premiers pays à l’appliquer (l’Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis) ont clôturé 225 cas et ouvert 57 nouveaux procès. Les autres pays, au nombre de 35, ont clôturé 20 cas et ouvert 53 procès. Au cours des quatre dernières années, 20 pays n’ont déposé aucune plainte pénale contre les entreprises ayant commis des actes de corruption majeurs à l’étranger.

Depuis le rapport de l’année dernière, le Canada est le seul pays à avoir réalisé des progrès remarquables en renforçant considérablement sa loi contre la corruption transnationale et en diligentant plusieurs enquêtes.

Neuf des 20 pays les moins touchés par la corruption dans le secteur public prennent peu de mesures, voire aucune, pour s’assurer que leurs entreprises se comportent de la même manière à l’étranger. Cette défaillance permet à certaines firmes de contribuer à la corruption du secteur public dans d’autres pays.

Neuf des pays du G20 sont classés dans les catégories « mise en œuvre faible » ou « mise en œuvre inexistante » et ne répondent donc pas aux objectifs définis dans le plan d’action anticorruption du G20.

###

Transparency International est l’organisation de la société civile au premier plan de la lutte contre la corruption.

Pour recevoir chaque jour des informations sur la lutte contre la corruption, suivez-nous sur :
Twitter :
Facebook :
Flickr :
Google Plus :
Vous pouvez aussi vous inscrire sur la page suivante : landcommerce.info/getinvolved/stayinformed


For any press enquiries please contact

Chris Sanders
Manager, Media & Public Relations Unit
Tél. : +49 30 3438 20 666
E-mail : .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Solicitude

Support Transparency International

الأبعاد الخطيرة للتعديلات الدستورية المقترحة في مصر

يتأهب نواب البرلمان المصري للمصادقة على سلسلة من التعديلات الدستورية، التي ستؤدي في حال تمريرها إلى ترسيخ مزيد من السلطة بيد الرئيس، وتنصيب الجيش مجددا كأعلى سلطة في البلاد.

The alarming message of Egypt’s constitutional amendments

Parliamentarians in Egypt look set to approve a series of constitutional amendments this week that, if passed, would consolidate power in the office of the president, while restoring the military as the ultimate authority in the country.

Восточная Европа и Центральная Азия: слабая система сдержек и противовесов

Индекс восприятия коррупции (ИВК) за этот год представляет печальную картину касательно мер по борьбе с коррупцией в Восточной Европе и Центральной Азии. За несколько лет в этом регионе был достигнут очень незначительный прогресс в борьбе с коррупцией.

الشرق الأوسط وشمال أفريقيا: انتشار الفساد في ظل ضعف المؤسسات وتراجع الحقوق السياسية

كشف مؤشر مدركات الفساد 2018 عن صورة قاتمة لواقع الشرق الأوسط وشمال أفريقيا حيث أن معظم بلدان المنطقة قد أخفقت في مكافحة الفساد على الرغم من أن قلة قليلة من البلدان قد أحرزت تقدما تدريجيا.

Afrique subsaharienne:Les régimes non démocratiques sapent les efforts de lutte contre la corruption

L’Indice de perception de la corruption (IPC) présente cette année un tableau bien sombre de l’Afrique : seuls 8 pays sur 49 obtiennent un score supérieur à 43 sur les 100 points que compte l’Indice. Malgré l’engagement pris par les dirigeants africains de faire de 2018 l’Année africaine de lutte contre la corruption, les avancées concrètes se font encore attendre.

Trouble at the top: why high-scoring countries aren’t corruption-free

For the third year running, the top seven countries in the Corruption Perceptions Index 2018 consist of the four Nordic nations – Denmark, Finland, Sweden and Norway – plus New Zealand, Singapore and Switzerland. Yet that doesn’t mean that these countries are corruption-free.

Americas: el debilitamiento de la democracia y el auge del populismo

Con una puntuación media de 44 sobre 100 durante tres años consecutivos en el Índice de Percepción de la Corrupción (IPC), las Américas continúa sin lograr avances significativos en la lucha contra la corrupción.

Why rather

Follow us on Why rather