Une plus grande transparence dans le secteur du pétrole et du gaz est essentielle pour faire cesser la corruption sévissant dans les pays riches en ressources

Issued by Transparency International Secretariat



Les compagnies pétrolières et gazières ont amélioré la transparence en matière de communication des revenus et d’information sur les programmes de lutte contre la corruption. Mais, selon un nouveau rapport de Transparency International (TI) et de Revenue Watch Institute (RWI), elles doivent mener des actions plus audacieuses si elles veulent faire cesser la corruption.

« La transparence s’améliore et c’est une bonne nouvelle, mais trop peu de compagnies publient les sommes qu'elles versent aux gouvernements dans les pays où elles opèrent. Deux tiers des populations pauvres du monde vivent dans des pays riches en ressources. Elles ont le droit de connaître le montant que leur gouvernement reçoit des compagnies en échange de l’exploitation de ces ressources », affirme Huguette Labelle, Présidente de TI.

Le Rapport 2011 sur les compagnies pétrolières et gazières se base sur une étude menée en 2010 et forme une nouvelle version d’un rapport publié en 2008. Il évalue 44 compagnies sur la disponibilité de l’information concernant les programmes de lutte contre la corruption, ainsi que la manière dont elles publient différentes données dans l’ensemble des pays où elles opèrent.

Les compagnies évaluées représentent 60% de la production mondiale de pétrole et de gaz.

En rendant publiques les mesures de lutte contre la corruption et les principales données financières et organisationnelles, particulièrement à l'échelle de chaque pays, les compagnies témoignent de leur volonté de mettre un terme au détournement des revenus. Plus particulièrement, la publication détaillée des versements fiscaux permet aux citoyens de demander des comptes au gouvernement.

« Il est frappant de constater combien relativement peu de compagnies publient pour chaque pays les paiements qu’elles ont faits aux gouvernements, même si la société civile et un nombre croissant de législateurs et d’organismes chargés de la réglementation reconnaissent l’importance de cette information », explique Karin Lissakers, Directrice du RWI. « Ces données sont essentielles pour les investisseurs, les pays riches en ressources et les gouvernements. »

Les conclusions du nouveau rapport montrent des améliorations depuis 2008 :

Cette amélioration de l’implication des compagnies peut refléter une prise de conscience accrue de la responsabilité qui est la leur dans la lutte contre la corruption, et du souhait des investisseurs de chercher des solutions pour évaluer et pérenniser la communication.

Afin d’encourager une plus grande transparence, le rapport recommande que les investisseurs incorporent la transparence d’entreprise (ou son absence) dans leurs analyses et leurs modèles d’évaluation.

Bonnes pratiques

Plusieurs compagnies ont obtenu de bons scores à tous les niveaux, même dans des pays réputés pour leur environnement difficile. Ces résultats montrent qu’il est possible pour les compagnies de faire preuve de transparence sans compromettre leurs résultats.

Le rapport montre que les compagnies peuvent montrer l’exemple. Il existe des normes de bonnes pratiques en matière de transparence, qui contribuent à garantir l’utilisation correcte des revenus tirés du pétrole et du gaz.

Toutefois, les actions menées par les compagnies ne sont qu’une partie du puzzle. Les gouvernements ont aussi un rôle à jouer : ils doivent s’engager à utiliser la richesse issue des ressources naturelles dans l'intérêt du bien public.

Principales conclusions

Recommandations

Le rapport dresse une série de recommandations pour les compagnies, les gouvernements, les organismes chargés de la réglementation et les investisseurs.

Remarques destinées aux rédacteurs: Le rapport, publié conjointement avec Revenue Watch, est le troisième d’une série faisant partie du projet Promouvoir la transparence des revenus, une initiative conjointe de TI et de RWI. En 2008, TI a publié son premier rapport sur les compagnies, suivi en 2010 du classement par pays de RWI. L’Indice RWI classe les gouvernements en fonction de la transparence de leurs déclarations sur les revenus issus du pétrole et du gaz. Le rapport 2011 actualise et développe le rapport 2008 sur les compagnies.

Le rapport intégral peut être téléchargé ici.


For any press enquiries please contact

Deborah Wise Unger, Media and Public Relations Manager
Transparency International
T: +49 30 343820-666 / -19
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Supplementary downloads

Solicitude

Support Transparency International

Risky business: Europe’s golden visa programmes

Are EU Member States accepting too much risk in their investor migration schemes?

Future Against Corruption Award 2018

TI is calling on young people across the globe to join the anti-corruption movement. People between the age of 18 and 35 are invited to submit a short video clip presenting their idea on new ways to fight corruption. Three finalists will be invited to Berlin during the International Anti-Corruption Day festivities to be awarded with the Future Against Corruption Award. Apply today!

The Azerbaijani Laundromat one year on: has justice been served?

In September last year, a massive leak of bank records from 2012 to 2014 showed that the ruling elite of Azerbaijan ran a $3 billion slush fund and an international money laundering scheme. One year on, has enough been done to hold those involved to account?

Right to information: knowledge is power

The right to information is vital for preventing corruption. When citizens can access key facts and data from governments, it is more difficult to hide abuses of power and other illegal activities - governments can be held accountable.

Paradise lost among Maldives dodgy land deals

Should tourists run for cover as a storm of corruption allegations sweeps across the Maldives?

Foreign bribery rages unchecked in over half of global trade

There are many losers and few winners when companies bribe foreign public officials to win lucrative overseas contracts. In prioritising profits over principles, governments in most major exporting countries fail to prosecute companies flouting laws criminalising foreign bribery.

Ensuring that climate funds reach those in need

As climate change creates huge ecological and economic damage, more and more money is being given to at-risk countries to help them prevent it and adapt to its effects. But poorly governed climate finance can be diverted into private bank accounts and vanity projects, often leading to damaging effects.

Why rather

Follow us on Why rather