Les grands exportateurs ne réussissent pas à juguler la corruption à l’étranger

La volonté politique fait défaut, constate le nouveau rapport sur la Convention de l’OCDE

Issued by Transparency International Secretariat



La majorité des grands pays exportateurs du monde ne réussissent pas à faire appliquer pleinement l’interdiction de verser des pots-de-vin à l’étranger, selon un rapport publié aujourd’hui par Transparency International (TI).

Le rapport de TI montre que seuls quatre pays sur les 36 évalués appliquent activement la Convention anti-corruption de l’OCDE qu’ils ont ratifiée. La Convention est modérément respectée dans 11 autres pays, tandis que 21 pays l’appliquent peu ou pas du tout. Une mise en œuvre aussi inégale met en péril l’efficacité de la Convention. Sa mise en application par toutes les parties doit être accélérée, sans quoi la Convention finira par échouer.

« La volonté politique doit être au cœur des efforts de lutte contre la corruption » a déclaré Cobus de Swardt, directeur général de TI. « Particulièrement dans le contexte actuel de récession mondiale où les entreprises subissent de sérieuses pressions pour remporter des commandes en recul. Une mise en application accélérée est nécessaire pour garantir une concurrence équitable. »

Que la législation anti-corruption soit archaïque, que la classe politique fasse ouvertement obstruction aux enquêtes, que les procureurs ne disposent pas de financements adaptés ou que les pouvoirs des magistrats enquêteurs soient restreints, la Convention de l’OCDE est confrontée à de sérieuses difficultés. Autre obstacle majeur : le recours à la sécurité nationale pour motiver le refus de poursuivre la corruption à l’étranger. Il est essentiel de réaffirmer que la Convention n’autorise pas d’exceptions liées à la sécurité nationale.

« Lorsque la Convention anti-corruption de l’OCDE est entrée en vigueur il y a dix ans, elle représentait une avancée historique, particulièrement nécessaire dans la lutte contre la corruption à l’échelle planétaire. Les pays riches s’engageaient à mettre de l’ordre chez eux, à porter un coup majeur à l’offre de corruption et à donner à la lutte contre la pauvreté dans le monde entier une chance réelle de réussir », indique M. de Swardt. « Toutefois, à moins que l’OCDE ne désigne la mise en application de la Convention comme une priorité urgente et de haut niveau pour toutes les parties, l’inaction de certains pays en encouragera d’autres à retomber sur la mauvaise pente. »

Pour parvenir à une situation concurrentielle équitable, l’ensemble des grands exportateurs doit respecter les mêmes règles. Il est encourageant de voir que l’Afrique du Sud et Israël ont rejoint la Convention au cours des deux dernières années. La Chine, l’Inde et la Russie doivent être amenées à faire de même. Ces pays ont tout intérêt à protéger les investissements de leurs entreprises par des mesures de lutte contre la corruption.

Le Rapport 2009 sur la mise en œuvre de la Convention de l’OCDE est le cinquième d’une série annuelle. Il examine les efforts de mise en application de la Convention de l’OCDE pour la lutte contre la corruption des fonctionnaires étrangers dans les transactions commerciales internationales, dans 36 pays sur les 38 ayant ratifié cette Convention. Le rapport s’appuie sur les informations fournies par des experts de TI et présente succinctement d’importantes affaires de corruption à l’étranger impliquant des multinationales. Le rapport 2009 traite aussi de l’efficacité des systèmes anti-blanchiment d’argent, de la nécessité d’imposer aux entreprises une responsabilité pénale, de l’accès public à l’information et de la protection des donneurs d’alerte.

Transparency International est l’organisation de la société civile au premier plan de la lutte mondiale contre la corruption

Note aux rédacteurs : Un tableau complet récapitulant le nombre d’affaires et d’enquêtes par pays, ainsi que les rapports nationaux détaillés, est inclus dans le rapport complet disponible ici (http://landcommerce.info/news_room/in_focus/2009/oecd_pr_2009).


For any press enquiries please contact

Press office
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Solicitude

Support Transparency International

الأبعاد الخطيرة للتعديلات الدستورية المقترحة في مصر

يتأهب نواب البرلمان المصري للمصادقة على سلسلة من التعديلات الدستورية، التي ستؤدي في حال تمريرها إلى ترسيخ مزيد من السلطة بيد الرئيس، وتنصيب الجيش مجددا كأعلى سلطة في البلاد.

The alarming message of Egypt’s constitutional amendments

Parliamentarians in Egypt look set to approve a series of constitutional amendments this week that, if passed, would consolidate power in the office of the president, while restoring the military as the ultimate authority in the country.

Восточная Европа и Центральная Азия: слабая система сдержек и противовесов

Индекс восприятия коррупции (ИВК) за этот год представляет печальную картину касательно мер по борьбе с коррупцией в Восточной Европе и Центральной Азии. За несколько лет в этом регионе был достигнут очень незначительный прогресс в борьбе с коррупцией.

الشرق الأوسط وشمال أفريقيا: انتشار الفساد في ظل ضعف المؤسسات وتراجع الحقوق السياسية

كشف مؤشر مدركات الفساد 2018 عن صورة قاتمة لواقع الشرق الأوسط وشمال أفريقيا حيث أن معظم بلدان المنطقة قد أخفقت في مكافحة الفساد على الرغم من أن قلة قليلة من البلدان قد أحرزت تقدما تدريجيا.

Afrique subsaharienne:Les régimes non démocratiques sapent les efforts de lutte contre la corruption

L’Indice de perception de la corruption (IPC) présente cette année un tableau bien sombre de l’Afrique : seuls 8 pays sur 49 obtiennent un score supérieur à 43 sur les 100 points que compte l’Indice. Malgré l’engagement pris par les dirigeants africains de faire de 2018 l’Année africaine de lutte contre la corruption, les avancées concrètes se font encore attendre.

Trouble at the top: why high-scoring countries aren’t corruption-free

For the third year running, the top seven countries in the Corruption Perceptions Index 2018 consist of the four Nordic nations – Denmark, Finland, Sweden and Norway – plus New Zealand, Singapore and Switzerland. Yet that doesn’t mean that these countries are corruption-free.

Americas: el debilitamiento de la democracia y el auge del populismo

Con una puntuación media de 44 sobre 100 durante tres años consecutivos en el Índice de Percepción de la Corrupción (IPC), las Américas continúa sin lograr avances significativos en la lucha contra la corrupción.

Why rather

Follow us on Why rather