Nouvel épisode dans le dossier des biens mal acquis: dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile

Dans le contexte international marqué par les appels à plus de transparence financière, la France se doit de faire toute la lumière sur un dossier emblématique de détournements de fonds publics.

Issued by Transparency International France



Transparence - International (France) et l'Association SHERPA annoncent le dépôt ce jour d’une plainte avec constitution de partie civile visant les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Messieurs Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Téodoro Obiang Mbasogo (Guinée Equatoriale) ainsi que des membres de leur entourage. Il n'y a aucun doute sur le fait que ce patrimoine n'a pu être constitué grâce aux seuls salaires et émoluments de ces chefs d’Etats au sujet desquels il existe de sérieuses présomptions de détournements de fonds publics.

Déposée par Transparence - International (France) et M. Gregory Ngbwa Mintsa citoyen gabonais, représentés par Maître William Bourdon, cette plainte vise les mêmes faits que ceux dénoncés précédemment par deux plaintes simples en mars 2007 et juillet 2008.

En raison de l’intensification des menaces sur son intégrité physique et celle de ses proches, Mme Béatrice Miakakela épouse Toungamani, ressortissante congolaise membre de la Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité, a finalement décidé de se retirer de la plainte.

Gregory Ngbwa Mintsa a de son côté subi des pressions et un harcèlement croissants de la part de certains membres du gouvernement gabonais qui ont jusqu’au dernier moment tenté de le dissuader de se constituer partie civile.

La procédure de plainte avec constitution de partie civile offre la possibilité aux plaignants de surmonter la décision du Parquet qui, malgré les résultats très probants d’une enquête préliminaire diligentée courant 2007*, avait décidé de classer l’affaire sans suite. Si l’intérêt à agir des plaignants est reconnu, une information judiciaire sera automatiquement ouverte et un juge d’instruction désigné. Il appartiendra alors à ce dernier de déterminer dans quelles conditions le patrimoine immobilier visé a été acquis et celles dans lesquelles les très nombreux comptes bancaires identifiés par les services de police ont été alimentés. Il conviendra également de tirer toutes les conséquences du concours prêté par certains intermédiaires à la réalisation des opérations litigieuses.

L’intérêt à agir de Transparence - International (France) devrait en toute logique être reconnu dans la mesure où les faits dénoncés par la plainte portent atteinte de façon directe aux intérêts que l’association a statutairement pour objet de défendre (combattre et prévenir la corruption au niveau international et national).
S'agissant de Gregory Ngbwa Mintsa, c'est en sa qualité de contribuable qu'il revendique le droit de se constituer partie civile aux fins d’obtenir réparation non seulement de son préjudice personnel mais également de celui subi par collectivité nationale gabonaise dans son ensemble. Aussi, peut-on espérer que la justice saura saisir l’occasion qui lui est ainsi offerte de faire progresser le droit à réparation des victimes de la corruption.

Huguette Labelle, Présidente de Transparency International (TI), a fait état du soutien sans réserve que TI apporte à l’initiative de TI France et de Sherpa.

Par ailleurs, Sherpa ainsi que d’autres sections de TI étudient la possibilité d’engager le même type d’action dans d’autres pays.

Plus de détails sur la pétition.

* L’enquête préliminaire a permis d’établir la propriété d’Omar Bongo et de ses proches sur 39 habitations, la plupart situées dans le 16ème arrondissement de Paris, 70 comptes bancaires et 9 voitures. Concernant la famille Sassou n’Guesso, 24 appartements et 112 comptes bancaires ont été inventoriés par la police. Concernant la famille Obiang 8 de voitures de luxe et un appartement ont été identifiés.


For any press enquiries please contact

Sherpa Association
William Bourdon
T: +331 42 60 32 60
Yann Queinnec, Maud Perdriel-Vaissière
T: +331 42 21 33 25

Transparence-International (France)
Daniel Lebègue, Julien Coll
T: +331 47 58 82 08

Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité
Toungamani benjamin
T: +336 64 88 01 59

Solicitude

Support Transparency International

Risky business: Europe’s golden visa programmes

Are EU Member States accepting too much risk in their investor migration schemes?

Future Against Corruption Award 2018

TI is calling on young people across the globe to join the anti-corruption movement. People between the age of 18 and 35 are invited to submit a short video clip presenting their idea on new ways to fight corruption. Three finalists will be invited to Berlin during the International Anti-Corruption Day festivities to be awarded with the Future Against Corruption Award. Apply today!

The Azerbaijani Laundromat one year on: has justice been served?

In September last year, a massive leak of bank records from 2012 to 2014 showed that the ruling elite of Azerbaijan ran a $3 billion slush fund and an international money laundering scheme. One year on, has enough been done to hold those involved to account?

Right to information: knowledge is power

The right to information is vital for preventing corruption. When citizens can access key facts and data from governments, it is more difficult to hide abuses of power and other illegal activities - governments can be held accountable.

Paradise lost among Maldives dodgy land deals

Should tourists run for cover as a storm of corruption allegations sweeps across the Maldives?

Foreign bribery rages unchecked in over half of global trade

There are many losers and few winners when companies bribe foreign public officials to win lucrative overseas contracts. In prioritising profits over principles, governments in most major exporting countries fail to prosecute companies flouting laws criminalising foreign bribery.

Ensuring that climate funds reach those in need

As climate change creates huge ecological and economic damage, more and more money is being given to at-risk countries to help them prevent it and adapt to its effects. But poorly governed climate finance can be diverted into private bank accounts and vanity projects, often leading to damaging effects.

Why rather

Follow us on Why rather