Prix Numérique et Transparence: Honorer les initiatives numériques qui luttent contre la corruption

Prix Numérique et Transparence: Honorer les initiatives numériques qui luttent contre la corruption

Le Ministère français de l’Europe et des Affaires Etrangères, Transparency International, l’agence française de coopération médias CFI, et le Liberté Living-Lab, avec l’aimable participation d’Etalab sont à l’initiative de la première édition du Prix Numérique et Transparence.

Ce prix vise à récompenser les meilleurs outils numériques destinés à enrayer tout phénomène de corruption, développés par la société civile (individus et organisations). Il permet de renforcer et de promouvoir les initiatives existantes d’appui à la gouvernance démocratique dans les pays francophones en développement, suivant trois catégories : ouverture des données pour la transparence de l’action publique ; contrôle citoyen pour la bonne gouvernance ; et outil de prévention et de lutte contre la corruption.

De nombreuses candidatures, provenant de différentes zones géographiques et de tous les horizons, ont été reçues. La qualité et l’engagement des projets prouvent que de nombreux citoyens dans le monde s’inquiètent du fléau que représente la corruption pour le développement de leur pays et le bien-être de ses populations. Neuf experts issus du monde de la civic tech et du mouvement anti-corruption ont délibéré longuement afin de choisir, parmi les projets reçus, les trois projets lauréats issus de Burkina Faso, Madagascar et Tunisie ainsi que les trois projets prometteurs issus de Tunisie et Sénégal (*2). 

Ouverture des données pour la transparence et l’action publique

L’ouverture de données, ou “open data” est un concept simple: les gouvernements devraient publier toute l’information sur ce qu’ils font – de l’information qui peut être utilisable gratuitement, modifiée et partagée par n’importe qui dans n’importe quel but.

Deux projets tunisiens, le lauréat Cabrane et le projet prometteur AlBawsala, ont été sélectionnés dans cette catégorie par le jury.

Cabrane est une plateforme participative de suivi des projets publics en Tunisie. Elle permet non seulement un accès aux informations relatives à ces projets mais aussi d’en proposer de nouveaux ou de demander redevabilité aux pouvoirs publics grâce à un accès ouvert. Cette plateforme utilise des technologies novatrices accessibles et elle s’insère dans une mouvance mondiale vers l’e-gouvernance et la transparence des marchés publics. Charfeddine Yakoubi a fondé l’Association tunisienne des contrôleurs publics (ATCP). Activiste contre la corruption, il milite pour un accès plus large aux données publiques, arguant que la corruption ne peut sévir dans un environnement transparent.

Al Bawsala a été fondée en 2012, au lendemain de la révolution tunisienne. Cette organisation de contrôle parlementaire œuvre à replacer le citoyen au cœur de l'action publique en lui fournissant des données et des outils pour observer l'activité des différentes institutions publiques. Selim Kharrat est activement engagé dans la vie politique et sociale en Tunisie depuis de nombreuses années. Il a mené des initiatives avec Amnesty International, a créé les Cahiers de la Liberté une association qui favorise la prise de conscience politique, et a travaillé dans de nombreuses ONG pour la défense des droits de l’Homme. 

Contrôle citoyen pour la bonne gouvernance

Cette catégorie vise à encourager et à permettre aux citoyens de développer des cultures citoyennes anti-corruption.

Le projet lauréat Présimètre du Burkina Faso et le projet prometteur Africa Check du Sénégal ont prouvé être des outils efficaces pour l’engagement citoyen dans la lutte contre la corruption.

Le Présimètre est un programme de redevabilité politique et socio-économique s’appuyant sur une plateforme technologique de contrôle citoyen des politiques publiques. Cet outil vise à partager des informations entre des groupes de la société civile travaillant sur la gouvernance démocratique pour renforcer la collaboration, le plaidoyer et rendre possible une réponse rapide aux dysfonctionnements dans la gestion des politiques publiques. Créé à l’initiative de Luther Yameogo, dont l’expérience en développement international et en action humanitaire est éprouvée dans la quasi-totalité des pays africains, le Présimètre est porté par l’ONG Diakonia.

Avec des bureaux en Afrique du Sud, au Sénégal et au Nigéria, Africa Check est la première organisation de vérification de faits en Afrique. Son but est de promouvoir l’exactitude et l’honnêteté dans le débat en Afrique. Elle participe ainsi au renforcement de la démocratie et à la reddition des comptes sur le continent. Elle évalue les déclarations faites en public par les personnalités politiques, les syndicalistes ou des membres de la société civile, en utilisant des moyens journalistiques et des ressources accessibles au grand public.

Outils de prévention et de lutte contre la corruption

Ce n’est pas étonnant que les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies mettent au cœur de leur stratégie les méthodes de mesure de la corruption. Le projet lauréat Tsycoolkoly issu du Madagascar et le projet prometteur P.A.S.C.O mis en place dans les pays d’Afrique de l’Ouest essaient justement de faire ça en mettant l’accent sur l’information et les données de qualité.

Tsycoolkoly permet aux citoyens de Madagascar de dénoncer des cas de corruption ou de féliciter les agents intègres. Les données sont traduites en statistiques simples, permettant aux citoyens de s’informer via un baromètre de la corruption pour des secteurs d’activités précis et d'évaluer les  institutions assignées à lutter contre la corruption. Tsycoolkoly (« pas cool la corruption » en malgache) est porté par l’ONG Tolotsoa.

Le Portail Africain de Surveillance et de lutte contre la Corruption (P.A.S.C.O) est un outil qui vise à sensibiliser les citoyens, les acteurs publics et les gouvernants en donnant des informations fiables pour lutter contre la corruption. En partenariat avec le Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent (GIABA), P.A.S.C.O bénéficie d’un réseau d'observateurs dans toute la zone CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest). Moussa Diallo, son fondateur, est sénégalais. Il est diplômé en informatique et met ses compétences technologiques au service de la préservation du bien commun. Rentré au Sénégal, il a créé Andando, une entreprise de services  qui héberge notamment PASCO.   

Prix Liberté Living Lab

Ce prix est attribué par le Liberté Living-Lab, lieu d’innovation technologique citoyenne et sociale à Paris. Il est destiné à un projet non achevé qui a besoin d’être développé. Le lauréat bénéficie du LLL comme lieu de résidence gratuit pendant 3 mois, ce qui lui permet de développer son projet et de bénéficier de l’écosystème des entrepreneurs civic tech. 

225stopcorruption est une plate-forme Web et application développée par deux jeunes ivoiriens pour offrir à leurs concitoyens l'opportunité de signaler les cas de corruption et de célébrer les acteurs qui évitent la corruption, grâce à leur honnêteté et bonne conduite. Cet outil utilise la technologie pour capturer, analyser et partager des informations afin de prévenir, détecter et enrayer des comportements corrompus. La plate-forme a été développée en s’inspirant de modèles contribuant efficacement à l'enrayement et l’éradication de la corruption qui entache l'image de certains pays en voie de développement.

Marc-André Feffer, Président de Transparency International France

Image: Transparency International 

For any press enquiries please contact [email protected]

Solicitude

Support Transparency International

Risk of impunity increases with outcome of Portuguese-Angolan corruption trial

A verdict last week by the Lisbon Court of Appeals in the trial of former Angolan vice president Manuel Vicente has disappointed hopes for a triumph of legal due process over politics and impunity. It also has worrying implications for the independence of Portugal’s judiciary.

The UK just made it harder for the corrupt to hide their wealth offshore

If counted together, the United Kingdom and its Overseas Territories and Crown dependencies would rank worst in the world for financial secrecy. Fortunately, this could soon change.

The new IMF anti-corruption framework: 3 things we’ll be looking for a year from now

Last Sunday, the International Monetary Fund (IMF) unveiled its long-awaited framework for “enhanced” engagement with countries on corruption and governance issues. Here are three aspects we at Transparency International will be looking at closely in coming months as the new policy is rolled out.

While the G20 drags its feet, the corrupt continue to benefit from anonymous company ownership

The corrupt don’t like paper trails, they like secrecy. What better way to hide corrupt activity than with a secret company or trust as a front? You can anonymously open bank accounts, make transfers and launder dirty money. If the company is not registered in your name, it can't always be traced back to you.

Urging leaders to act against corruption in the Americas

The hot topic at the 2018 Summit of the Americas is how governments can combat corruption at the highest levels across North and South America.

The impact of land corruption on women: insights from Africa

As part of International Women’s Day, Transparency International is launching the Women, Land and Corruption resource book. This is a collection of unique articles and research findings that describe and analyse the prevalence of land corruption in Africa – and its disproportionate effect on women – presented together with innovative responses from organisations across the continent.

Passport dealers of Europe: navigating the Golden Visa market

Coast or mountains? Real estate or business investment? Want your money back in five years? If you're rich, there are an array of options for European ‘Golden Visas’ at your fingertips, each granting EU residence or citizenship rights.

Why rather

Follow us on Why rather