Mettre fin à l’impunité au Sénégal

Mettre fin à l’impunité au Sénégal

Translation of: Ending impunity in Senegal

See this article in English

En mars 2012, la entre le président sortant Abdoulaye Wade et le nouveau président Macky Sall a suscité un immense espoir au Sénégal: l’espoir en davantage d'emplois, une éducation meilleure, la sécurité alimentaire et l'énergie pour tous et surtout en une responsabilité accrue des dirigeants politiques.

La corruption reste un problème majeur dans ce pays où les ressources et les dépenses publiques sont gérées de façon opaque. Le de Transparency International de 2010-2011 souligne que 88% des Sénégalais estiment que la corruption s'est aggravée au cours des trois années précédentes.

Macky Sall a promis de s’attaquer à la corruption dans son pays et les citoyens sénégalais sont de plus en plus prêts à s’élever contre toutes les formes de corruption.

En septembre dernier, Huguette Labelle, la Présidente de Transparency International, s'est rendue au Sénégal pour y rencontrer le président Macky Sall et découvrir les activités du , la section nationale de Transparency International au Sénégal. Un entretien avec Madame Labelle est disponible au lien suivant.

Aujourd’hui, les Sénégalais n’hésitent pas à s’exprimer contre la corruption, mais ils sont également prêts à formuler des recommandations pour résoudre ces problèmes. Je pense que cela est très intéressant car cela prouve que les citoyens sont prêts à lutter contre la corruption.

– Huguette Labelle

Lancement d’une campagne citoyenne

Senegal campaign

En juin 2012, le Forum Civil a lancé une campagne nationale pour promouvoir la participation des citoyens et des communautés et mobiliser les Sénégalais de tous âges pour dire non à la corruption et l'impunité. Les bénévoles du Forum Civil ont sillonné le pays pour recueillir des histoires vécues sur la manière dont la corruption affecte le quotidien et la vie des citoyens ordinaires en particulier leur accès à l’éducation, la santé, l’eau et les infrastructures routières, et les encourager à demander des comptes.

Le Forum Civil a également lancé une pétition en ligne contre l’impunité. La pétition exige des fonctionnaires qu’ils déclarent leurs avoirs et que la nouvelle agence de lutte contre la corruption prenne rapidement des mesures pour mettre à fin à la corruption dans les institutions publiques et à la politisation du pouvoir judiciaire.

Des centaines de personnes ont déjà assisté à des réunions et des rassemblements dans dix villes, dont Bambilor, Guédiawaye, Kaffrine, Saint-Louis, Matam et Dakar. La campagne utilise un documentaire réalisé par le Forum Civil sur l’Agence Nationale pour l’organisation de la Conférence Islamique comme instrument de sensibilisation. Ce documentaire décrit comment la corruption et le manque de transparence dans la gestion de l’organisation du sommet de l’Organisation de la conférence islamique en mars 2008 à Dakar, a coûté des millions de dollars au Sénégal.

La campagne contre l’impunité culminera en décembre prochain avec la remise par le Forum Civil d’une pétition au gouvernement et à l’Assemblée nationale et l’organisation d’un concert à Dakar pour les centaines de bénévoles et de citoyens qui ont été le souffle et le visage de la campagne.

Huguette Labelle, Présidente de Transparency International, parle de sa visite au Sénégal

Huguette Labelle during visit to Senegal

Quelles sont vos impressions de votre visite au Sénégal ? Comment s’est déroulée la rencontre avec le Forum Civil, le partenaire de Transparency International dans le pays?

Ma visite fut exceptionnelle. J'ai pu rencontrer le Président Sall ainsi que d’autres membres du gouvernement et les députés de l’Assemblée Nationale, et j’ai pu passer du temps avec le Forum Civil, notre section nationale au Sénégal. Ma visite au Forum Civil fut une expérience très enrichissante. C’est une organisation extrêmement dynamique au sein de laquelle travaillent des individus énergiques et dévoués ainsi que de nombreux bénévoles qui mobilisent sans relâche les citoyens dans leurs efforts de lutte contre la corruption. Le Forum Civil a mis sur pied plusieurs initiatives originales notamment des programmes spéciaux destinés aux femmes et aux jeunes.

J’ai également pu me rendre à Bambilor (une petite communauté à environ 40 km de Dakar, la capitale), où le Forum Civil avait organisé une rencontre avec des habitants et des organisations de la société civile. La plupart des gens avaient parcouru de longues distances pour se rassembler et discuter de la lutte contre la corruption dans le secteur foncier. Il m’a ainsi semblé encourageant que ces communautés disposent de bons dirigeants capables de mobiliser les gens pour formuler des recommandations constructives.

De plus, ces communautés font confiance au Forum Civil pour transmettre leurs préoccupations aux pouvoirs publics et obtenir des résultats. Ce qui m'a particulièrement frappée, c'est la manière dont le personnel et les bénévoles du Forum Civil sont à l’écoute des gens et essayent d’identifier des solutions. Cela est très intéressant car cela prouve que les citoyens sont prêts à lutter contre la corruption.

La question de la corruption est-elle prioritaire?

J'ai rencontré le Président Sall et j'ai été particulièrement heureuse d’en apprendre davantage sur les actions qu’il entend mettre en œuvre suite à sa promesse de lutter contre la corruption. La question de la corruption était importante avant les élections, mais la période électorale l’a davantage mise en avant. La corruption est devenue un enjeu majeur dans le pays. Le Président Sall s’est déjà exprimé largement et avec fermeté sur la question et sur ce qui devrait être fait, et son message a été bien accueilli par l’ensemble des Sénégalais.

Que doit faire le nouveau gouvernement pour lutter contre la corruption?

D’après notre expérience dans d’autres pays à travers le monde, la chose la plus importante à présent est de mettre en œuvre les actions qui ont été identifiées comme étant importantes et de le faire rapidement, avant que la corruption ne gagne davantage de terrain et n’empêche toute réforme. Le gouvernement doit s'assurer que le système judiciaire fonctionne de manière indépendante afin qu'il n'y ait pas d'impunité pour ceux qui sont reconnus coupables de corruption.

Comment la communauté internationale peut-elle aider le Sénégal à réduire la corruption?

Le gouvernement sénégalais a affirmé sa volonté de s’attaquer au problème des avoirs spoliés. C'est une question importante et la communauté internationale doit accompagner les efforts du nouveau gouvernement en ce sens. Le gouvernement doit également agir rapidement sur cette question, en commençant par réaliser des audits appropriés ainsi que des enquêtes au Sénégal, et en travaillant parallèlement avec les pays où il est probable que ces avoirs ont été placés. Je pense que ce travail a déjà commencé. Il sera important que toute la lumière soit faite et que la justice sénégalaise suive son cours. Le gouvernement ne devrait pas se laisser décourager par la pression qui s’ensuivra inévitablement. Cela signifierait que l'impunité est acceptable alors qu’elle ne l’est pas.

Que peuvent faire les citoyens sénégalais ordinaires?

Je pense que les gens ne doivent pas considérer la corruption comme une fatalité. Ils doivent se mobiliser et s'assurer de travailler avec les autorités locales et l’administration publique afin d'identifier les problèmes et trouver des solutions. Ils ne devraient pas accepter de payer des pots-de-vin pour avoir accès à des services qui devraient être gratuits. Ils ne devraient pas tolérer l'impunité ni accepter la corruption comme mode de vie. Ce n'est pas le cas et cela ne devrait jamais l’être.

For any press enquiries please contact [email protected]

Solicitude

Support Transparency International

The alarming message of Egypt’s constitutional amendments

Parliamentarians in Egypt look set to approve a series of constitutional amendments this week that, if passed, would consolidate power in the office of the president, while restoring the military as the ultimate authority in the country.

Восточная Европа и Центральная Азия: слабая система сдержек и противовесов

Индекс восприятия коррупции (ИВК) за этот год представляет печальную картину касательно мер по борьбе с коррупцией в Восточной Европе и Центральной Азии. За несколько лет в этом регионе был достигнут очень незначительный прогресс в борьбе с коррупцией.

الشرق الأوسط وشمال أفريقيا: انتشار الفساد في ظل ضعف المؤسسات وتراجع الحقوق السياسية

كشف مؤشر مدركات الفساد 2018 عن صورة قاتمة لواقع الشرق الأوسط وشمال أفريقيا حيث أن معظم بلدان المنطقة قد أخفقت في مكافحة الفساد على الرغم من أن قلة قليلة من البلدان قد أحرزت تقدما تدريجيا.

Afrique subsaharienne:Les régimes non démocratiques sapent les efforts de lutte contre la corruption

L’Indice de perception de la corruption (IPC) présente cette année un tableau bien sombre de l’Afrique : seuls 8 pays sur 49 obtiennent un score supérieur à 43 sur les 100 points que compte l’Indice. Malgré l’engagement pris par les dirigeants africains de faire de 2018 l’Année africaine de lutte contre la corruption, les avancées concrètes se font encore attendre.

Trouble at the top: why high-scoring countries aren’t corruption-free

For the third year running, the top seven countries in the Corruption Perceptions Index 2018 consist of the four Nordic nations – Denmark, Finland, Sweden and Norway – plus New Zealand, Singapore and Switzerland. Yet that doesn’t mean that these countries are corruption-free.

Americas: el debilitamiento de la democracia y el auge del populismo

Con una puntuación media de 44 sobre 100 durante tres años consecutivos en el Índice de Percepción de la Corrupción (IPC), las Américas continúa sin lograr avances significativos en la lucha contra la corrupción.

Conflict at the bottom

As in previous years, many of the countries near the bottom of the 2018 Corruption Perceptions Index have been severely affected by violent conflict in recent years. Why is this the case, and what does it tell us?

Why rather

Follow us on Why rather