La liberté d’expression en péril au Burundi

Read this article in English

Depuis le 19 avril dernier la liberté d’expression est en danger au Burundi. Un projet de loi visant à renforcer le contrôle de l’Etat sur le métier de journaliste . Cette loi devrait être prochainement ratifiée par le président de la république.

Pour soutenir la démocratie et la bonne gouvernance, la presse doit avoir la liberté de rendre compte de l’actualité, sans crainte d'intimidation. (ABUCO), section burundaise de Transparency International et 14 organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la bonne gouvernance ont soumis un lettre au président de la république pour en demander l’amendement.

Restriction de la protection des sources

Au Burundi, les journalistes sont et . Si le projet de loi est promulgué, il rendra les journalistes pénalement responsables dans le cadre de leur profession. Selon l’article 16 les journalistes devront révéler leurs sources si le gouvernement estime que  les informations sont susceptibles de constituer une menace à l'ordre public, la sécurité nationale ou «l'intégrité morale et physique d'une ou plusieurs personnes». L’article 20 limite le droit de couvrir tout sujet ayant trait à l’État ou à la sécurité publique, menaçant l’économie nationale ou constituant un outrage ou une injure à l’endroit du chef de l’État.

Tout journaliste faisant un reportage portant atteinte à la sécurité de l'État ou de l'économie nationale risque une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans, et des  allant jusqu'à 8 millions de francs burundais (soit plus de 5.000 dollars américains). Enfin cette loi permet au Conseil national de la communication (CNC) de contrôler la couverture de l’actualité en lui donnant l’autorité de délivrer la carte de presse et l’accréditation aux journalistes qui veulent couvrir des événements.

Entrave à la bonne gouvernance

Le Burundi a mis en place un dispositif institutionnel de lutte contre la corruption en  ratifiant la Convention de l’Union Africaine sur la Prévention et la Lutte contre la Corruption en 2005 et la Convention des Nations Unies contre la Corruption en 2007.

Les organisations de la société civile œuvrant pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption avaient salué la mise en place de la stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de lutte contre la Corruption (SNBGLC). Les résultats attendus de cette stratégie visent à faciliter l’accès à l’information et permettre aux journalistes de pratiquer leur métier plus librement.

Cependant la ratification de cette loi « entraînerait inévitablement l’enracinement de la corruption et la consécration de l’impunité. En effet, les crimes  économiques liés à la corruption et les crimes de violation des droits de l’homme risquent de ne plus être dénoncés par une presse sous pression et volontairement muselée » explique Noel Nkurunziza président d’ABUCO la section burundaise de Transparency International.

« Nous appelons le gouvernement à rejeter le projet de loi sous sa forme actuelle et à garantir la liberté d’expression de l’ensemble des journalistes au Burundi et à leur permettre de mener leurs activités légitimes en toute liberté et en toute indépendance » a-t- il ajouté.

For any press enquiries please contact [email protected]

Solicitude

Support Transparency International

Foreign bribery rages unchecked in over half of global trade

There are many losers and few winners when companies bribe foreign public officials to win lucrative overseas contracts. In prioritising profits over principles, governments in most major exporting countries fail to prosecute companies flouting laws criminalising foreign bribery.

Ensuring that climate funds reach those in need

As climate change creates huge ecological and economic damage, more and more money is being given to at-risk countries to help them prevent it and adapt to its effects. But poorly governed climate finance can be diverted into private bank accounts and vanity projects, often leading to damaging effects.

Is Hungary’s assault on the rule of law fuelling corruption?

In June 2018, Hungary’s parliament passed a series of laws that criminalise any individual or group that offers help to an illegal immigrant. The laws continued worrying trends in the public arena that began with the rise to power of the Fidesz party in 2010. What are these trends, and what do they mean for the fight against corruption and the rule of law in Hungary?

Will the G20 deliver on anti-corruption in 2018?

This week, activists from civil society organisations all over the world gathered in Buenos Aires, Argentina for the sixth annual Civil 20 (C20) summit.

Returning Nigerians’ stolen millions

The stakes are high in the planned distribution of $322 million in stolen Nigerian public money.

Three priorities at the Open Government Partnership summit

Transparency International has been at the Open Government Partnership's global summit in Tbilisi, Georgia, pushing for action in three key areas.

Civil society’s crucial role in sustainable development

Key players in the development community are meeting in New York for the main United Nations conference on sustainable development, the High-Level Political Forum (HLPF). Transparency International is there to highlight how corruption obstructs development and report on how effectively countries are tackling this issue.

Why rather

Follow us on Why rather